9 décembre: La guerre des parasites!

Aller en bas

9 décembre: La guerre des parasites!

Message  Elise le Mar 9 Déc - 19:44

Le gammare est un crustacé amphipode qui vit en eau douce. Il est, comme tous les êtres vivants, l’hôte de nombreuses espèces de parasites. Les plus connus et les mieux étudiés sont les acanthocéphales, dont fait partie Polymorphus minutus. Ce dernier est un parasite qui se loge dans l’hoemocèle du gammare, et qui, pour terminer son cycle de vie, doit ensuite être transmis à un hôte final vertébré, en l’occurrence un canard. C’est ce que l’on appelle un parasite à transmission horizontale (interspécifique).

Dans le cadre d’une transmission parasitaire par une relation trophique impliquant un hôte intermédiaire et l’hôte suivant, on a pu mettre en évidence l’existence de nombreuses voies de manipulation étho-physiologiques de l’hôte par son parasite. La manipulation est un procédé de favorisation : c’est une stratégie adaptative dont le résultat est d'augmenter la probabilité qu'un stade infestant transmette ses gènes. En effet pour augmenter son succès reproducteur, celui-ci peut soit accroître sa production de stades infestants, soit favoriser son propre taux de transmission à l’hôte suivant (en cas de non transmission, le parasite ne peut pas boucler son cycle de vie et meurt). En termes fonctionnels, la manipulation est un phénotype étendu au niveau du filtre de rencontre : l’extension du phénotype du parasite chez un vecteur accroît le taux de rencontre avec un prédateur hôte définitif spécifique, mais n’augmente pas la probabilité de prédation par un autre animal ! De façon indirecte, le parasite peut manipuler de façon très subtile le comportement de son hôte, probablement par des effets d’interactions moléculaires car le parasite n’est généralement pas en contact avec le système nerveux central. Certains gammares sont rendus hyperactifs, ils présentent un géotactisme diminué, et/ou un phototactisme inversé.

Une autre espèce est susceptible de se retrouver simultanément dans le même gammare : il s’agit d’une bactérie microsporidie, qui se loge dans le cerveau de ce dernier, sans effets délétères notables. Mais elle a un mode de transmission vertical, et donc augmente son succès reproducteur en transmettant ses descendants aux jeunes de « son » gammare. Ainsi, si le gammare se fait prédater plus à cause de la manipulation de l’acanthocéphale, la microsporidie perd la vie et la possibilité de transmettre ses gènes!

Deux stratégies opposées… le conflit est inévitable ! Des chercheurs de l’Université de Dijon ont mis en évidence que la bactérie était capable de mettre au point un mécanisme de sabotage de la manipulation de l’acanthocéphale !!! Cette interaction a probablement pour origine un mimétisme moléculaire, mais ça reste à démontrer.

Voici un merveilleux exemple de la fameuse « course aux armements » de Van Valen !
D’autres travaux sont actuellement en cours afin de démontrer ce genre de conflits entre différents stades d’une même espèce de Polymorphus, dont les uns ont avantage à rester plus longtemps dans l’hôte afin de mener leur développement à bout, et d’autres à passer rapidement au canard avant de mourir !

Voilà les amis !

Elise


Haine, ER, Boucansaud, K., Rigaud, T. 2005. Conflict between parasites with different transmission strategies infecting an amphipod host. Proceeding of the. Royal Society London B. 272, 2505-2510.

_________________
Master2 Bioévaluation des écosystèmes et expertise de la biodiversité
UCB Lyon1
Modératrice Domaine Ecologie
avatar
Elise
Squatteurs
Squatteurs

Nombre de messages : 114
Age : 31
Niveau et domaine de formation : Master 2 Bioévaluation des écosystèmes et expertise de la biodiversité
Etablissement : UCB Lyon1
Date d'inscription : 18/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum