H.M. nous a quitté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

H.M. nous a quitté

Message  Margaux le Mer 10 Déc - 0:28

H.M., le patient mondialement connu pour avoir fait avancer les connaissances sur les bases neurobiologiques de la mémoire, est décédé mardi dernier, à l'âge de 82 ans.
Pour ceux qui ne la connaitraient pas, voici son histoire résumée en quelques mots :
H.M., à l'âge de 9 ans, a eu un accident avec un cycliste, dans lequel il fut cogné à la tête. A la suite de cela, il développa des symptômes épileptiques. En 1953, il fut finalement opéré pour cela. Les neurochirurgiens réalisèrent sur lui une ablation bilatérale d'une partie du lobe temporal (c'est à dire qu'ils ont enlevé un bout de cerveau de chaque coté de la tête).
Dès lors, il perdit toute mémoire des évènements nouveaux, ainsi que des évènements anciens ayant eu lieu dans les 9 mois avant son opération. Ses habiletés motrices n'étaient pas perdu (il savait marcher, etc), de même que ses capacités d'apprentissage de nouvelles habiletés motrices.
Sa mémoire sémantique était également conservée (connaissances générales sur le monde), ainsi que sa mémoire de travail (capacité de retenir quelque chose pendant un temps très court, comme par exemple un numéro de téléphone le temps de le composer).
La seule mémoire atteinte était la mémoire des évènements, qu'on appelle mémoire épisodique. Il ne pouvait garder en tête des pensées seulement pendant 20 secondes environ. Chaque fois que son médecin venait le voir, il pensait que c'était pour la première fois. Chaque fois qu'elle lui proposait un test de mémoire, elle devait lui ré-expliquer la consigne. Néanmoins, l'oubli des consignes d'une fois sur l'autre ne l'empêchait pas d'améliorer ses performances au fur et à mesure des essais dans le cas d'un test d'habileté motrice (apprendre à tracer une étoile en suivant des pointillés, en regardant sa main dans un miroir).

Ce patient a participé, sans le savoir, à une grande avancée dans le domaine des neurosciences. Il a permis de démontrer qu'il y avait au minimum deux systèmes indépendants capables de créer des souvenirs, basés sur des structures séparées d'un point de vue anatomique : la mémoire épisodiques d'un côté, altérée lors d'une lésion du lobe temporale, et les autres mémoires de l'autre côté. Cela a révolutionné les neurosciences, car les chercheurs pensaient à l'époque que la mémoire était sous-tendue par l'ensemble du cerveau, plutôt que par une région bien particulière. Nous le savons aujourd'hui, la région en question est l'hippocampe.

Son cerveau va être conservé, comme le fut celui d'Albert Einstein, dans le but d'études futures.

Pour plus d'informations : http://www.iht.com/articles/2008/12/05/america/05hm.php
Voici les derniers mots de l'article :
"Henry Gustav Molaison, born on Feb. 26, 1926, left no survivors. He left a legacy in science that cannot be erased."

_________________
Master1 Physiologie et Neurosciences
UCB Lyon1

Margaux
Squatteurs
Squatteurs

Nombre de messages : 157
Niveau et domaine de formation : Master2 neurosciences (recherche)
Etablissement : UCB Lyon1
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum