Dec08 : Devrait-on utiliser des animaux de laboratoire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dec08 : Devrait-on utiliser des animaux de laboratoire ?

Message  Adrien le Mar 16 Déc - 0:29

Un sujet sensible et qui date de longue date.

En biologie, notamment en physiologie et écologie, nous travaillons sur des modéles biologiques nécéssitant bien souvent un élevage en laboratoire.

De lourdes règles ont été mise en place depuis plusieurs décénies pour protéger les organismes qui sont destinés à la recherche scientifique.

Je vous propose d'orienter le débat de ce mois sur ce sujet, afin de mieux connaitre ces lois et les limites de cette utilisation d'organisme animaux.

Et commencer par deux questions générales :

Serait-il possible de faire de la recherche en biologie sans utiliser des animaux de laboratoire, et devrions nous le faire ?

Selon vous, les reglementations sur ce sujet sont elles adéquates, excessives ou trop légères ?

_________________
Doctorant en Ecologie
UCB Lyon1
Administrateur
mon avatar est un Curculio nucum, balanin de la noisette, pour ceux qui ne l'aurait pas reconnu Wink

Adrien
Squatteurs
Squatteurs

Nombre de messages : 398
Age : 33
Niveau et domaine de formation : Doctorant Ecologie (LBBE)
Etablissement : UCB Lyon1
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://ladoua.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dec08 : Devrait-on utiliser des animaux de laboratoire ?

Message  Elise le Mer 17 Déc - 20:54

L’homme a besoin des animaux depuis les débuts de l’humanité, rien que pour se nourrir ou labourer ses champs. Et de plus en plus pour la recherche biologique (physiologie, neurologie, écologie, éthologie, génétique, toxicologie…).
L’utilisation d’animaux tests en laboratoire suscite de nombreuses polémiques. Mais sans eux, la pharmacologie et l’immense majorité des médicaments n’existeraient pas ! On entend souvent les associations de protection de la nature crier au scandale, hurler à la vivisection, à la torture, au crime, à la maltraitance… et pourtant, peu d’entre eux ont des scrupules à soigner leurs enfants quand ils tombent malades !
Ce qu’il faut savoir, c’est que tous ces animaux sont en majorité élevés pour les seules fins de l’expérimentation. Ils ne sont en aucun cas maltraités pendant leur vie, car la qualité des résultats dépend grandement de la bonne condition physique de l’animal. Leur état est régulièrement contrôlé (fuite, retrait, aggressivité, problèmes respiratoires, modification de la prise d’aliments ou de boisson, hypothermie, hypo- ou hypertension, bradichardie, sécrétions hormonales...) afin de montrer que le stress est minimum. Les conditions de cette utilisation en laboratoire est de plus strictement règlementée, pour que l’animal souffre le moins possible.

Les expériences sur les animaux sont licites à condition :

- qu’elles ne puissent être remplacées par d’autres techniques
et
- qu’elles aient pour but un des motifs suivants :
- le diagnostic, la prévention ou le traitement des maladies ;
- les essais d’activité, d’efficacité et de toxicité de médicaments, substances chimiques ou biologiques ;
- l’évaluation de paramètres physiologiques ;
- le contrôle de la qualité des denrées alimentaires ;
- la recherche fondamentale et la recherche appliquée ;
- l’enseignement supérieur et technique;
- la protection de l’environnement.

Les établissements autorisés à expérimenter sur l'animal doivent être agréés par le ministère de l'agriculture et le ministère dont relève l'établissement. Cet agrément repose sur :

- la conformité aux dispositions de l'arrêté du 19 avril 1988 (conception, qualité des locaux) et
- la formation appropriée des personnels affectés aux expériences et aux soins des animaux.
L'agrément précise les domaines d'activité, les espèces animales utilisées et les protocoles mis en œuvre.

Il faut se dire aussi que (sadiques mis à part), les chercheurs ne prennent pas de plaisir à réaliser leurs expériences sur des chiens ou des chats, ni même sur des balanins (quoi que…).

(Source: http://www.123bio.net/revues/animaux/)

La question de base est à mon avis : faut-il privilégier notre (éventuel) amour pour les animaux ou notre sollicitude envers le genre humain ? Parce que c’est bien de ça qu’il s’agit… Alors ?

Elise

_________________
Master2 Bioévaluation des écosystèmes et expertise de la biodiversité
UCB Lyon1
Modératrice Domaine Ecologie

Elise
Squatteurs
Squatteurs

Nombre de messages : 114
Age : 30
Niveau et domaine de formation : Master 2 Bioévaluation des écosystèmes et expertise de la biodiversité
Etablissement : UCB Lyon1
Date d'inscription : 18/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dec08 : Devrait-on utiliser des animaux de laboratoire ?

Message  nik le Jeu 18 Déc - 10:38

Le cadre législatif c'est bien mais pour comprendre les raisons de chaque partie (défenseur et opposant) il faut plutôt regarder le cadre social.
On ne peut pas justifier nos pratiques de laboratoire uniquement par le besoin. Nous ne sommes pas propriétaire de la nature ni des animaux et ça nous avons tendance à l'oublier et on se cache derrière l'argument : ils ont été élevés pour ça. On est quand même assez loin des besoins vitaux pour l'homme lorsqu'il tue pour se nourrir. Nous sommes la seule espèce animale à tuer pour se soigner : la vie d'un être humain vaut plus que la vie de n'importe quel autre animal. Mais c'est assez logique si on se fixe comme idée que chaque espèce tend à préserver les membres de sa propre espèce pour assurer la survie, alors pourquoi pas.

Cependant, il ne faut pas se voiler la face. J'ai moi-même eu l'occasion de voir des pratiques assez limite en enseignement de physiologie : je ne trouve pas que disséquer un rat vivant (anesthésié tout de même) pour observer son système circulatoire puis le jeter à la poubelle sans aucune précaution, démontre une réelle prise en compte du bien être de l'animal. Le minimum aurait été de le tuer avant que son anesthésie ne se termine (je vous passe les détails sur le contenu du sac poubelle s'agitant sous mes yeux...). C'est bien beau de prendre soin des animaux, si c'est pour finalement les tuer comme des sauvages, ça ne sert à rien et c'est plus de l'hypocrisie qu'autre chose.
Si nous sommes des scientifiques, nous ne pouvons pas nous fermer aux critiques faites par les associations de défense des animaux. Il faut en tenir compte afin de ne pas devenir comme l'imbécile qui m'a fait les TP de physio sur le rat (qui était certainement acrédité pour pratiquer l'expérimentation animale). Une loi ne servira à rien si elle est juste là pour faire peur, elle doit faire évoluer les mentalités en sensibilisant, malheureusement c'est rarement le cas.
Je ne pense pas qu'opposer la protection animale et le développement médical soit très profitable pour l'un comme pour l'autre. A part taxer la recherche de boucherie ça n'amène rien de bon. Même si parfois les anthropomorphismes sont un peu exagérés (e.g. mettre un manteau à un chien... Neutral ) ce n'est pas pour autant que lutter contre l'expérimentation animale est vide de sens. Toutes les pratiques ne sont pas "propres", il faut donc être prudent et d'autant plus si on utilise des animaux physiquement proches de l'homme pour la société (les singes notamment). Je travaille sur les invertébrés, j'ai massacré plusieurs dizaines de milliers de ces petites bête pour les besoins de la science et de l'écologie mais personne ne s'en est jamais inquiété parmi lles associations.

nik
Bavard
Bavard

Nombre de messages : 57
Niveau et domaine de formation : Doctorat Ecologie
Etablissement : UCB Lyon1
Date d'inscription : 22/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dec08 : Devrait-on utiliser des animaux de laboratoire ?

Message  Elise le Jeu 18 Déc - 21:36

On ne peut pas justifier nos pratiques de laboratoire uniquement par le besoin
C'est évident, mais en même temps si on en avait pas besoin on ne le ferait pas!

Nous sommes la seule espèce animale à tuer pour se soigner
Il me semble bien que non. En Ecosse, le cerf, animal pourtant exclusivement herbivore, broute parfois aux alentours des nids à la recherche d'un poussin de puffin échoué ayant raté son envol. Il le dévore alors mais pas n'importe comment : il le mâche, mangeant les os des ailes et mais pas la chair. Il n'est "intéressé" que par le calcium de ses os qui est censé améliorer sa capacité physique et sa fonction reproductive. Les étourneaux par exemple, capturent des fourmis et s'en enduisent le corps, car elles contiennent de l'acide formique et des acides gras capables de détruire certains microorganismes.

C'est bien beau de prendre soin des animaux, si c'est pour finalement les tuer comme des sauvages, ça ne sert à rien et c'est plus de l'hypocrisie qu'autre chose
En effet, il y a malheureusement comme partout des gens pas très soucieux en terme d'éthique, mais il me semble qu'il ne faut pas généraliser... en règle générale, les procédures sont bien suivies. Mais comme tu le dis très justement, le cadre législatif sur le "bien-être animal" a été mis en place récemment, et l'opinion publique n'a pas encore évolué assez favorablement. Avec ce qu'on appelle "l'inertie" des comportments, il faut du temps.. espérons que celà va changer!

_________________
Master2 Bioévaluation des écosystèmes et expertise de la biodiversité
UCB Lyon1
Modératrice Domaine Ecologie

Elise
Squatteurs
Squatteurs

Nombre de messages : 114
Age : 30
Niveau et domaine de formation : Master 2 Bioévaluation des écosystèmes et expertise de la biodiversité
Etablissement : UCB Lyon1
Date d'inscription : 18/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dec08 : Devrait-on utiliser des animaux de laboratoire ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum